Solveig Serre
Revue de musicologie, 94, p. 45-57. [ISSN 0035-1601]
Publication year: 2008

Sous l’Ancien Régime, l’Opéra de Paris est une institution paradoxale : une académie sans membres réels, dont le statut juridique ressemblait à celui de tout autre théâtre français, une institution qui lutte en permanence pour surmonter les problèmes administratifs et financiers. Ce paradoxe apparaît dans la programmation du répertoire, entendue à la fois comme organisation de l’année théâtrale et comme répartition des œuvres au cours d’une saison lyrique. La création s’y fait sous la contrainte, respectant la tradition dans la programmation des saisons lyriques et s’adaptant à toutes les circonstances et à tous les besoins. Dans ces conditions, la programmation du répertoire exige des compétences considérables et une certaine prise de risques.