Pierre Raboud, Luc Robène et Solveig Serre
Paris : Riveneuve, 256 p. [ISBN 978-2-36013-550-9]
Publication year: 2019

À la charnière des années 1970-80, au cœur de l’Europe, le punk représente une explosion musicale jouissive, une entrée en résistance en forme de rupture, d’abord enracinée dans le refus des codes et de l’ordre établi, avant d’intégrer des formes de mobilisation pour définir de nouveaux horizons. Au principe de cette histoire figurent deux forces essentielles : le fun, qui prend les traits du scandale ; les mégaphones, qui matérialisent le récit d’une entrée en militance flirtant avec la politique. Entre 1977 et 1982, en Allemagne de l’Ouest et de l’Est, en France et en Suisse, ces deux forces, loin de se fuir, composent, s’opposent et se superposent au gré des situations, des territoires, des cultures nationales, des contextes et des conjonctures, dessinant des singularités et éclairant des invariants dans la manière de résister, de faire front ou de transgresser les tabous. Cet ouvrage est consacré à ces années au cours desquelles le punk a profondément marqué les sociétés à coup d’accords de guitare, de mots et de luttes, sans se départir de cette ironie mordante qui fut sa marque de fabrique, entre fun et mégaphones.